remihackert.net

Montgeron a besoin d'un nouveau groupe scolaire

La construction d'un groupe scolaire représente un gros investissement pour une commune, quelques 8 millions d'euros pour un groupe de 15 salles (à titre d'ordre de grandeur), généralement financés en partie du moins par un emprunt. C'est donc une décision qui doit être fondée par l'analyse de la situation actuelle mais aussi en tenant compte des évolutions démographiques et du développement de la commune.

Le contexte

Le pays sort actuellement d'une vague démographique débutée en 1995. Le haut de cette vague s'étale de 2006 à 2011. Depuis le nombre des naissances diminue ... provisoirement.

naissance2.png

En 2009 le sommet de la vague atteignait la maternelle, en 2011 les trois sections des maternelles étaient touchées y produisant un maximum d'effectif. Le front de la vague a atteint l'élémentaire en 2012, en 2017 tous les niveaux de l'élémentaire étaient concernés. Depuis la vague a atteint le collège.

Les classes se sont donc remplies avec souvent 30 enfants en maternelle et 27-28 en élémentaire. Mais cela n'a pas suffi, obligeant les établissements à ouvrir de nouvelles classes.

Quel est l'état d'occupation de nos écoles en 2020 ?

occupation.png

En 2020 le nombre total de classes maternelles et primaires était 100. Retenons également qu' en 2015 il était de 99 ( 63 + 36 ) soit seulement une classe de moins qu'en 2020.

La mairie dans son projet éducatif (2019) explique:

stabilite.png

Nous avons demandé à consulter cette étude sans avoir de retour, mais les éléments qui suivent corroborent la première partie de cette affirmation: la stabilité à un niveau élevé des effectifs.

En Ile de France, les projections de l'INSEE pour les effectifs élémentaires font état d’une stabilisation jusqu'en 2025 avant d'enclencher en 2026 une décrue modeste pendant 6 ans. Modeste, car en 2034, le nombre d'élèves ne serait inférieur que de 3% à celui de 2020 (document INSEE en annexe). Ceci représente à l'échelle de Montgeron 50 élèves de moins.

L'INSEE projette en outre que la part des jeunes en Essonne restera forte, la même en 2050 qu'en 2018 (document en Annexe)

Figure: Projection de l'INSEE concernant le nombre d'enfants scolarisés en élémentaire jusqu'en 2040 en Ile de France. La baisse annoncée à partir de 2026 atteindra un minimum en 2034 comparable à l'effectif de 2015, soit un classe de moins qu' aujourd'hui.
effectifIDF.png
 

Après 2034 le nombre d'élèves repartirait à la hausse. Pourquoi ?

Le pic de naissance duquel nous sortons a démarré autour de 1995 pour atteindre un maximum autour de 2006-2011. Ces générations nées en 1995 auront en 2025 30 ans, c'est à dire l'âge moyen de la première naissance pour les femmes. Une réplique de ce pic de naissance va donc commencer à se construire à partir de 2026. Le nombre de naissances repartira donc à la hausse et ce pour au mois 10 ans. On peut donc s'attendre à une stabilisation puis à une hausse des effectifs en maternelle à partir de 2026+3=2029 et en élémentaire à partir de 2026+6=2032. C'est ce que montre le graphique vert ci dessus (chiffres INSEE).

A ces chiffres régionaux pour l'Ile de France viennent s'ajouter ou retrancher les évolutions locales.

A Montgeron, les nouvelles implantations immobilières décomptées pour les seules trois prochaines années représentent quelques 150 logements soit en moyenne 450 personnes (hors résidence senior de luxe). La part des jeunes montgeronnais de 3 à 10 ans et qui fréquentent donc les écoles maternelles et élémentaires, est d’environ 10 à 11%. Ce sont donc quelques +45 enfants qui arriveront dans les écoles de Montgeron suite à ces arrivées de nouvelles familles.
Cette augmentation précédera la petite baisse prévue à partir de 2026 et le prochain mandat sera donc tendu sur le plan des effectifs !
Le contexte de métropolisation et la spéculation immobilière à Paris et en petite couronne continueront en outre de pousser des habitants vers la grande couronne.
Ne sont pas prises en considération ici les constructions qui pourraient survenir après 2023.

On peut donc affirmer que sur un horizon de 20 ans ( > 3 mandats municipaux) les effectifs dans notre commune resteront élevés. La mairie mettait, elle, en avant une stabilisation à terme des effectifs dans une étude sur 10 ans.

Deux attitudes possibles selon l'évaluation que l'on fait de la situation actuelle

  • soit nous pouvons vivre avec la situation actuelle en effectuant des adaptations de structures comme le propose Mme Carillon, M. Cros et M. Milosevic en proposant respectivement "la rénovation de F. Buisson et de la maternelle J. Moulin", "un programme d'investissement dans les écoles" ou " l'aménagement des anciens ateliers municipaux près de l'école F. Buisson pour y faire des salles supplémentaires".
  • soit nous devons prendre l'nitiative de construire un groupe scolaire.

La situation actuelle

ecolesh.jpg, mai 2020

Deux écoles élémentaires sont surchargées. Il s'agit de Jean Moulin (18 classes) et Ferdinand Buisson (17 classes, 470 élèves). Ces écoles ont atteint les dimensions de petits collèges. Le collège Alfred Weiler a en comparaison 22 classes.

Les maternelles Duruy, Buisson et Jean Moulin sont pleines également. Hélène Boucher avec 8 classes élémentaires, Gatinot avec 11 classes et Ferry (en rénovation) avec 12 classes sont dans des situations plus confortables.

A noter que le bâtiment Gatinot partage les locaux avec un établissement pour enfants sourds ou enfants présentants des troubles spécifiques du langage, il y a peu encore administrativement intégré à l'école.

Peut-on réduire la pression sur les groupes scolaires Jean Moulin et Ferdinand Buisson sans construire une nouvelle école ?

Hélène Boucher et Jules Ferry sont trop excentrées pour les familles de La Forêt et celles du centre ville. L'utilisation des écoles Gatinot et Duruy comme soupapes - ce qui semble être la stratégie actuelle - montre ses limites et laisse intact le problème du trop-plein de classes à F. Buisson et J. Moulin?

L'établissement médico-social pour jeunes sourds et enfants présentant des troubles spécifiques du langage est administrativement séparé de l'école élémentaire Gatinot depuis peu. Son départ de la structure Gatinot serait malheureux à un moment où l'on parle d'inclusion même si pour la mairie ces locaux libérés seraient vraisemblablement les bienvenus.

Une refonte de la carte scolaire pourrait alors tenter de rééquilibrer les effectifs des 3 écoles. Pourtant en élémentaire, compte tenu de la stabilité annoncée des effectifs, 18+17+11 = 46 classes seraient à répartir sur les trois écoles soit au moins 15 classes par école. Cela reste beaucoup.

En maternelle la situation paraît assez inextricable : la municipalité sortante prévoit d'adjoindre deux classes supplémentaires à la maternelle Duruy qui souffre déjà d'une exiguïté de ces parties communes. Cette petite soupape ne permettra pas de « détendre » sensiblement les effectifs des maternelles Ferdinand Buisson et Jean Moulin.

Conclusion

Il nous semble donc que les perspectives dessinées par la mairie sortante visent plus à éviter une construction à tout prix qu'à construire le bien vivre à l'école sur la durée. Nous avons pour 20 ans au moins les effectifs suffisants pour occuper des écoles à taille humaine, optimalement constituées de 12-13 classes en élémentaires, et 6-7 classes en maternelles, à condition d’entreprendre la construction d’un groupe scolaire pour décharger Buisson et Moulin. Les espaces libérés dans ces écoles retrouveraient tout de suite leur usage.

C'est donc globalement d’un nouveau petit groupe scolaire dont notre ville a besoin: 10 classes élémentaires, 5 classes maternelles. Une construction à mi-chemin des quartiers Buisson et La Forêt permettrait en outre de jeter un pont entre le centre ville et le quartier La Forêt.

C'est sur la base de ces éléments que Montgeron en Commun fonde la nécessité de construire un nouveau groupe scolaire.■

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.animals-in-motion.com/remihackert/index.php?trackback/29

Fil des commentaires de ce billet